Juillet - 2022
Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
 
01
02
03
04 06 07 08 09 10
11 12
13
14 15 16 17
18 19 20 21 22
23
24
25 26 27 28 29
30
31
vendredi, 01. juillet 2022
19:29 - Tarot de Yokohama de Juillet
Pour des raisons d'intendance, il faut toujours réserver au moins deux jours avant à l'aide de ce formulaire. Les débutants sont bienvenus et dans ce cas, nous essayons de faire u...
samedi, 02. juillet 2022
13:52 - Randonnée à Hadano eki du 2 Juillet
Patrick vous propose, le Samedi 2 Juillet, une randonnée très facile de moins de 4H avec juste 150m de dénivelé en partant de Hadano eki. Ensuite, après un onsen, ceux qui veulent...
19:34 - Visite guidée de Kamakura du 2 Juillet
Cette sortie est organisée par l'association franco-japonaise de Kamakura. Monsieur Kaba, guide et interprète francophone certifié de la même association, vous propose une visi...
mercredi, 13. juillet 2022
14:43 - Sortie au musée "Crocodiles qui tournent" pour les enfants
L’AFJ propose chaque mois des rencontres pour les parents francophones de jeunes enfants de 0 à 6 ans. « Ne me demandez pas pourquoi tournent ces Crocodiles » … ainsi parle l’ar...
samedi, 23. juillet 2022
17:00 - Week-end nature au lac de Chuzenji
Amis de la nature et du camping, l'AFJ vous propose un week-end nature au pied du lac de Chuzenji de Nikko les 23-24 Juillet ! Deux belles journées près de ce lac à plus de 1200 m...
samedi, 30. juillet 2022
19:52 - visite guidée de Kamakura du 30 juillet
Monsieur Kaba, guide et interprète francophone certifié de la même association, vous propose une visite de trois heures afin de découvrir deux sites touristiques de Kamakura. La ...
dimanche, 31. juillet 2022
19:37 - Visite guidée d'Enoshima du 31 Juillet
Cette sortie est organisée par l'association franco-japonaise de Kamakura. Monsieur Kaba, guide et interprète francophone certifié, vous propose une visite d'une heure cinquante...

l'AFJ, les activités pour les francophones au Japon

Quatre Vamps en Week-end à Nozawa Onsen

Au soir du vendredi 13 mars, nous fûmes accueillis par nos 2 G.O. préférés et un bus gonflé à bloc qui appela quelques « volontaires » à s'installer sur les strapontins pour découvrir un film exceptionnel : "Chouchou"... Ah les grandeurs du cinéma français ! ("Tchikiboum tchiboum"... Ceux qui ont suivi comprendront).

A l'arrivée, la chaleur et le charme désuet d'un ryokan traditionnel nous attendaient. Chacun prit ses quartiers pour la nuit non sans, dans cette belle aventure humaine qui commençait, s'être adonné aux plaisirs de la promiscuité et à l'expérience de se brosser les dents auprès d'un bel inconnu.... (Sumimasen PP, tu étais déjà a ShigaKoen mais j'avais de la neige dans les yeux :-))

Le Quatuor féminin de la chambre 77 (on les appellera les Vamps) entreprit de s'installer et débattit pendant trente minutes de la pertinence d'ordonner leurs lits en sardines ou en épis pour finalement finir en quinconce.
Extinction des feux. Bercées par la délicieuse odeur du tatami et du massage musclé de l'oreiller à billes, elles s'endormirent aussitôt. L'une parla pendant son sommeil, l'autre grinça des dents, la 3ème ronfla et la dernière, en somnambule notoire, se leva à 3h du matin pour finir son verre de lait.
Mais globalement la nuit fut réparatrice et l'appel du petit déjeuner le lendemain défia la pluie qui tombait à tout rompre.

Néanmoins la veille, pendant ce temps-là, quelques dissidents avaient décidé d'aller refaire le monde sous les étoiles et l'appel de la bière (il n'y avait pas d'eau dans les distributeurs).
Mister O, membre A du tandem de la chambre 69, le regretta amèrement le lendemain dès la fin du petit déjeuner tandis que mister G, 2ème membre du tandem, lui porta secours et assistance, positivant comme de coutumes sur le fait que cela rendrait mister O plus léger sur les pistes (ah c'est beau la solidarité masculine...)

Ce samedi matin, à défaut d'être enneigé, fut plutôt Wet wet wet. Après trente minutes de ballade dans les rues charmantes mais trempées de Nozawa Onsen, notre Quatuor décida de se réfugier dans un café au comptoir chaleureux où elles furent accueillies par un portraitiste Japonais qui entreprit, ni une ni deux, de les dessiner tour a tour et les invita, en leur tendant sa meishi, à venir poser nues pour lui en arguant que "c'était le moment", passé ce stade les lois de la pesanteur, de la cellulite et des rides défiaient l'esthétisme et le génie de l'artiste.

Profitant d'une accalmie et tandis que certains slalomaient sur les pistes, que les autres s'adonnaient aux délices de la luge (on fera confiance à une certaine ML pour expliquer l'un de ces "délices" scabreux), notre Quatuor se mit à arpenter les rues poétiques de Nozawa, s'arrêtant de onsen en onsen (80 en tout à Nozawa) jusqu'à succomber à l'overdose d'une molle torpeur, les doigts de pied en éventail certes mais bien fripées et proches de ceux de l'homme de l'Atlantide à force de faire trempette.

Alors que les villageois venaient faire cuire leurs œufs et leurs légumes au sommet du village, dans le onsen le plus chaud (80 degrés), et à la charmante odeur de souffre qui laissait à douter de la fraicheur des dits-œufs, l'une des Vamps voulut s'aventurer à tremper elle aussi ses poireaux ; mais elle fut vite découragée par une « obaasan » à la frimousse ridée et au sourire édenté.

Exténuées par cette journée hautement sportive, les Vamps finirent par abandonner l'idée de la randonnée en raquettes (solidarité avec la Dame de fer oblige) qui avait germé on ne sait comment et regagnèrent leur chalet nippon sous la neige.

Là, tandis que le vin chaud se faisait attendre, notre hôte nous servit un délicieux Amazake chaud qui ravit le cœur des plus frileux.
Enfin le vin chaud, pas trop sucré mais BIEN épicé, fut servi en introduction de cette soirée qui s'annonçait décidément très "spicy" et les cœurs commencèrent à chanter.

Le diner fut joyeux. JB entreprit de faire boire notre chauffeur de bus (était-ce vraiment une bonne idée ???) ainsi que la rédactrice de cet article pour lui faire dire "oui" (tous les moyens sont bons mais la fin justifie-t-elle les moyens ???)
Le diner se conclut par une ballade nocturne dans le village et par un karaoké endiablé où 2 divas ultra douées (H&S) déployèrent leur voix et leur gorge généreuse tandis que d'autres refaisaient le monde au comptoir sur des thèmes des plus philosophiques comme comment appréhender le bonheur ou de la raison d'être de la flamme de la raffinerie de Shell à Petit Couronne.

A une heure avancée dont je tairais l'exactitude, le retour vers le ryokan fut quelque peu chaotique (never follow the White rabbit), mais bon-enfant. Et après une bonne nuit (quoi que le lait avait tourné) et 2 Nurofènes, la brume des souvenirs de la veille laissa place aux gossips du petit matin. Un joyeux mélange organisé dans les bols de café.

Le dimanche fut ensoleillé et propice aux skieurs invétérés (tellement invétérés que l'un d'eux s'invertébra malencontreusement), aux déjeuners en terrasse (we found one !) au sommet des pistes et aux joies du onsen en plein air, les pieds palmés dans l'eau, le soleil caressant la peau rosie par la chaleur, la brise apaisant les têtes embuées de pensées sulfuriques, le regard sur la crête des montagnes... Instants magiques, point d'orgue du processus d'onsenisation.

A la fin de la journée, entourés par les vapeurs des restes de vin chaud de la veille, nous retrouvâmes notre bus et rentrâmes à Tokyo groggy mais heureux.
 
Mille mercis à l'AFJ et à ses G.O. !

Texte et Photos : Mlle S.