Juillet - 2022
Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
 
01
02
03
04 05 07 08 09 10
11 12
13
14 15 16 17
18 19 20 21 22
23
24
25 26 27 28 29
30
31
vendredi, 01. juillet 2022
19:29 - Tarot de Yokohama de Juillet
Pour des raisons d'intendance, il faut toujours réserver au moins deux jours avant à l'aide de ce formulaire. Les débutants sont bienvenus et dans ce cas, nous essayons de faire u...
samedi, 02. juillet 2022
13:52 - Randonnée à Hadano eki du 2 Juillet
Patrick vous propose, le Samedi 2 Juillet, une randonnée très facile de moins de 4H avec juste 150m de dénivelé en partant de Hadano eki. Ensuite, après un onsen, ceux qui veulent...
19:34 - Visite guidée de Kamakura du 2 Juillet
Cette sortie est organisée par l'association franco-japonaise de Kamakura. Monsieur Kaba, guide et interprète francophone certifié de la même association, vous propose une visi...
mercredi, 13. juillet 2022
14:43 - Sortie au musée "Crocodiles qui tournent" pour les enfants
L’AFJ propose chaque mois des rencontres pour les parents francophones de jeunes enfants de 0 à 6 ans. « Ne me demandez pas pourquoi tournent ces Crocodiles » … ainsi parle l’ar...
samedi, 23. juillet 2022
17:00 - Week-end nature au lac de Chuzenji
Amis de la nature et du camping, l'AFJ vous propose un week-end nature au pied du lac de Chuzenji de Nikko les 23-24 Juillet ! Deux belles journées près de ce lac à plus de 1200 m...
samedi, 30. juillet 2022
19:52 - visite guidée de Kamakura du 30 juillet
Monsieur Kaba, guide et interprète francophone certifié de la même association, vous propose une visite de trois heures afin de découvrir deux sites touristiques de Kamakura. La ...
dimanche, 31. juillet 2022
19:37 - Visite guidée d'Enoshima du 31 Juillet
Cette sortie est organisée par l'association franco-japonaise de Kamakura. Monsieur Kaba, guide et interprète francophone certifié, vous propose une visite d'une heure cinquante...

l'AFJ, les activités pour les francophones au Japon

Compte-rendu découverte Sumo du 17 Janvier 2009

Le tournoi de Sumos de Janvier 2009 m'a donné l'occasion de découvrir un sport, un spectacle faudrait-il dire, qui m'était jusque là pratiquement inconnu. A commencer par le fait, d'ailleurs, qu'il n'est pas possible d'assister à de tels tournois quand on en a envie car il n'y en a que trois par an à Tokyo (au Ryogoku Kokugikan) et trois autres en province (Osaka, Nagoya et Kyushu). Un tournoi, en revanche, dure deux semaines et laisse donc plusieurs opportunités pour voir des combats.
Rendez-vous était donné à l'entrée du stade vers 13H. Temps splendide - ciel bleu pur, air froid et sec, soleil - propice aux photos : et il y avait de la matière dès le début avec les nombreuses bannières multicolores portant les noms des lutteurs.
A cette heure, les combats mettant aux prises les Sumos débutants avaient commencé depuis le matin mais aucun d'entre nous n'avait été suffisamment fanatique pour démarrer aux aurores.
Une fois le groupe rassemblé et les billets distribués par Jean-Bernard Dumerc (l'un des deux organisateurs), nous pénétrons dans l'enceinte du stade : pour les néophytes comme moi, l'impression d'assister à un évènement somme toute rare nous fait encore plus apprécier notre chance. La foule a grossi mais, comme toujours au Japon, la discipline prévaut.
Nous commençons par une explication approfondie sur l'histoire, les traditions, les règles de ce sport et des anecdotes à propos des Sumos, complétées par une visite du petit musée qui se trouve près du hall d'entrée. Sandra Van Gessel, qui est également organisatrice, nous dispense non seulement son savoir sur les Sumos mais, plus que cela, son enthousiasme et son réel engouement pour les athlètes !! Bonne entrée en matière donc.

Il est temps de pénétrer dans la salle où se déroulent les combats : au milieu de celle-ci se trouve le ring (le dohyo) mythique, sur lequel est matérialisé un cercle d'environ 4,50m qui sera le lieu des combats. Nous entrons au moment où vont commencer les rencontres entre Sumos de la catégorie intermédiaire (les Juryo).
Ce ne sont pas les lutteurs vedettes ( il s'agit soit de jeunes espoirs aspirant à monter encore plus haut soit d'anciens champions " en déclin" faisant la dernière partie de leur carrière) mais ce sont tous des sportifs professionnels, faisant partie d'écuries officielles.
Ces premiers combats sont l'occasion d'entrer dans le cérémonial qui fait autant l'intérêt du spectacle que les combats eux-mêmes. Les Sumos sont répartis en deux groupes - Est et Ouest - et se présentent au public vêtus de leur "tablier de parade". Ces tabliers sont offerts aux Sumos par leurs sponsors et supporters : brodés, de couleurs vives, leur coût est élevé voire très élevé (plusieurs millions de yens !!) lorsque les Sumos veulent des fils d'or ou des pierres précieuses. Et pourtant, l'effet produit n'est pas "bling-bling" mais vraiment cérémonial. Chaque combat est précédé d'annonces rituelles relatives aux combattants puis le juge invite les lutteurs à s'engager. Chacun d'eux saupoudre le ring de poignées de sel ayant pour vertu de purifier l'aire de combat sacrée, martèle le sol pour éliminer les mauvais esprits et absorbe de l'eau pour purifier son corps. Nul doute que ce rituel quasi religieux (assez long) permet surtout une préparation mentale au combat qui, lui, sera très bref. Il faut donc essayer de prendre l'ascendant sur l'adversaire au moyen de ces préliminaires.
Puis les Sumos se mettent face à face, entament une sorte de danse assez "aérienne" - en tous cas démontrant leur agilité - s'accroupissent et dès que les deux ont posé leurs poings au sol se propulsent l'un vers l'autre pour l'empoignade. Il s'agit alors de renverser l'adversaire ou de le faire sortir du cercle. Il suffit qu'une infime partie du corps touche le sol pour qu'un Sumo perde la rencontre. C'est vif, puissant et très court. Il n'y a pas vraiment de coups portés mais seulement une épreuve de force pure et des mouvements pour déséquilibrer l'adversaire.

Pendant ces combats entre Juryos, la salle s'est peu à peu remplie. Les gens sont venus en famille, déjeunent dans la salle assis à même le sol sur des tatamis, boivent pas mal et la tension monte en attendant le gratin des Sumos.
Après un entr'acte, commence la dernière partie de la journée et les rencontres entre les catégories de haut de tableau. Par ordre croissant de classement, nous trouvons les Maegashira, les Komosubi, les Sekiwake, les Ozeki et, crème de la crème, les Yokozuna. Ces Yokozunas qui portent une ceinture de corde blanche avec des nœuds dans le dos ayant une signification particulière, font une entrée particulière sur le ring et exécutent une danse rituelle.

Je m'attendais à voir d'énormes lutteurs mais beaucoup d'entre eux ont un poids compris entre 140 et 170kg, seulement !! Un seul dépassait 250kg : un beau bébé, sans aucun doute.
Parmi eux, de plus en plus d'étrangers font une carrière au plus haut niveau : ce sont des Géorgiens, des Bulgares, des Mongols,..qui mettent en péril la domination des Japonais et, peut-être, émoussent l'intérêt du public pour un sport qu'ils croyaient réservé à leurs Sumos ?
Ces combats font aussi l'objet de primes offertes par des sponsors juste avant le début des rencontres, l'ensemble pouvant monter jusqu'à plusieurs milliers d'euros par combat. Ces primes sont annoncées par des porteurs de bannières qui circulent autour du ring.
A l'issue du dernier combat, un lutteur de rang inférieur vient sur le ring pour clore la journée par une danse avec une sorte d'arc ( yumitori-shiki).
Lorsque, paisiblement, la foule quitte le stade, on entend un roulement de tambour, venant du haut d'une sorte de mirador,remerciant le public de sa venue et l'invitant à revenir.

Pour ce qui nous concernait, la journée n'était pas tout à fait finie : nous avons conclu par un copieux repas de Sumo au restaurant voisin Kirishima, tenu par l’ancien Oséki du même nom, apparemment une célébrité nationale qui nous a fait le plaisir de nous saluer, ce que certaines ont apprécié.

En conclusion une journée bien organisée, très agréable et dépaysante par son caractère assez unique, une mine pour les amateurs photographes et une opportunité de lier connaissance avec les membres de l'AFJ. Un sans-faute, en somme !

Texte et Photos : Michel Isnard