Juillet - 2022
Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
 
01
02
03
04 05 07 08 09 10
11 12
13
14 15 16 17
18 19 20 21 22
23
24
25 26 27 28 29
30
31
vendredi, 01. juillet 2022
19:29 - Tarot de Yokohama de Juillet
Pour des raisons d'intendance, il faut toujours réserver au moins deux jours avant à l'aide de ce formulaire. Les débutants sont bienvenus et dans ce cas, nous essayons de faire u...
samedi, 02. juillet 2022
13:52 - Randonnée à Hadano eki du 2 Juillet
Patrick vous propose, le Samedi 2 Juillet, une randonnée très facile de moins de 4H avec juste 150m de dénivelé en partant de Hadano eki. Ensuite, après un onsen, ceux qui veulent...
19:34 - Visite guidée de Kamakura du 2 Juillet
Cette sortie est organisée par l'association franco-japonaise de Kamakura. Monsieur Kaba, guide et interprète francophone certifié de la même association, vous propose une visi...
mercredi, 13. juillet 2022
14:43 - Sortie au musée "Crocodiles qui tournent" pour les enfants
L’AFJ propose chaque mois des rencontres pour les parents francophones de jeunes enfants de 0 à 6 ans. « Ne me demandez pas pourquoi tournent ces Crocodiles » … ainsi parle l’ar...
samedi, 23. juillet 2022
17:00 - Week-end nature au lac de Chuzenji
Amis de la nature et du camping, l'AFJ vous propose un week-end nature au pied du lac de Chuzenji de Nikko les 23-24 Juillet ! Deux belles journées près de ce lac à plus de 1200 m...
samedi, 30. juillet 2022
19:52 - visite guidée de Kamakura du 30 juillet
Monsieur Kaba, guide et interprète francophone certifié de la même association, vous propose une visite de trois heures afin de découvrir deux sites touristiques de Kamakura. La ...
dimanche, 31. juillet 2022
19:37 - Visite guidée d'Enoshima du 31 Juillet
Cette sortie est organisée par l'association franco-japonaise de Kamakura. Monsieur Kaba, guide et interprète francophone certifié, vous propose une visite d'une heure cinquante...

l'AFJ, les activités pour les francophones au Japon

Compte rendu journée SUMO – 19 janvier 2013 – Vincent Joseph

Comme le veut la coutume, c’est au Kokugikan de Tokyo que les Sumos se retrouvent pour le 1er tournoi de l’année. C’est sous un beau soleil que la communauté française s’est retrouvée à Ryogoku à 13h30, devant l’entrée du stade. Après une brève explication sur le déroulement de la journée aux quelques 30 personne présentes, nous prenons la direction du musée situé dans le stade. On peut notamment y voir des tenues et objets ayant appartenus aux plus illustres athlètes de ce sport. Une frise de clichés permet également de resituer l’ensemble des 70 Yokozunas de l’histoire, rang suprême décerné aux lutteurs sur des critères de performance, mais également d’éthique, de discipline et de dévouement au mode de vie des sumos. Nous n’avons cependant pas beaucoup de temps pour s’attarder dans le musée, car les combats de la catégorie « Juryo » débutent à 14h20. A cette heure là le stade est encore relativement vide, et les spectateurs peuvent donc prendre leur temps pour marcher dans les travées du stade et commander des mets et rafraichissements. La première heure et demi nous offre son lot de combats spectaculaires, avec notamment celui qui vit la victoire en deux fois du lutteur tchèque Takanoyama. Après un premier match pour le moins étriqué, les arbitres se sont en effet réunis au milieu du « dohyou » et ont décidé qu’un second match était nécessaire pour les départager.

A partir de 15h45, les lutteurs de la catégorie reine « makuuchi » pénètrent dans le stade, en étant présenté au public de manière individuelle, par ordre croissant de classement. Deux lutteurs sont cependant exemptés de cette présentation de groupe, les mongols Hakuho et Harumafuji. Et pour cause, les deux Yokozunas, 69ème et 70ème de l’histoire, bénéficie d’une entrée personnalisée, et gratifie tour à tour les spectateurs de leur « dohyouiri », rituel réservé à leur rang et qu’ils sont tenus d’exécuter tous les jours. Les lutteurs de la catégorie reine sont au nombre de 42, et les lutteurs de haut rang sont les derniers à entrer sur le « dohyou ». Au fil des combats, petits et grands apprécient unanimement les oppositions de styles qui s’enchaînent. Il faut savoir que les lutteurs ont des caractéristiques physiques très différentes, le poids des athlètes pouvant aller de 95 kg à plus de 210 kg pour les plus imposants. Les combats les plus courts durent quelques secondes à peine, et les plus longs dépassent rarement la minute. La concentration et la préparation est donc un élément primordial dans la manière d’appréhender un combat. Certains lutteurs utilisent les quelques minutes précédents le combat pour intimider leur adversaire, stimuler leur influx nerveux, et faire abstraction de la pression générée par la foule. Ils jettent également du sel sur le sol afin de le purifier, et frappent le sol à l’aide de leur jambe, afin d’écraser symboliquement les mauvais esprits qui pourraient roder sur le ring.

Les cinq ou six derniers combats opposent des lutteurs de renoms, et le stade est comble alors que la fin de l’après midi s’approche. Les Ozekis (rang directement inférieur à celui de Yokozunas) tous leur levée, à l’exception du japonais Kotoshogiku, qui ne parvient pas à se défaire du coriace Shohozan. L’opposition de style entre le géant bulgare Kotooshu (2,03m) et le massif géorgien Gagamaru (212 kg) tourne à l’avantage du premier nommé, profitant de sa grande stature et de sa vivacité. Viennent ensuite les deux moments forts de l’après-midi, les combats des Yokozunas. Harumafuji est le premier en action, et dans un style très rapide et agressif qui lui est caractéristique, il se défait facilement du brésilien Kaisei. Hakuho éprouve à peine plus de difficultés à s’imposer contre Toyohibiki, au cours d’un combat ou sa puissance supérieure a dicté l’issue du combat. La danse de l’arc, ou « yumitori », destinée à purifier une fois de plus le « dohyou », clôture l’après-midi en mouvements. A mi-tournoi, Harumafuji est égal à son rang et occupe la tête (7 victoires pour 0 défaites), suivi par un groupe de 3 lutteurs avec une défaite, dont son compatriote Hakuho. A l’issue de cette journée, petits et grands sortent de l’arène a priori satisfaits de leur découverte culturelle, et nous vous rendez-vous pour le prochain tournoi organisé au Kokugikan de Ryogoku, en mai prochain. Le seul point noir de la journée est la disparition à l’âge de 72 ans de l’ancien sumo Taiho, considéré comme l’un des meilleurs de tous les temps et détenteur à ce jour du record de victoires en tournoi (32).

Photos du Sumo