Mars - 2021
Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Dimanche
01 02 03 04 05
06
07
08 09
10
11
12
13
14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31  
samedi, 06. mars 2021
10:00 - Le Running (Course à pied) le 6 mars
Vous souhaitez faire du sport dans un cadre convivial, vous remettre en forme, découvrir des sites et parc emblématiques de Tokyo, participer à des événements sportifs (courses, tr...
mercredi, 10. mars 2021
10:30 - Sortie Observation Boat-Race à Toda le 10 mars
Cette fois-ci c’est pour observer des courses de bateaux que nous vous donnons rendez-vous. Le printemps sera-là et avec lui potentiellement les beaux jours, ainsi il sera agréable...
jeudi, 11. mars 2021
19:00 - Jouez au Squash avec l'AFJ le 11 mars
Prêt à mouiller le maillot, l'AFJ vous présente le squash ! Venez découvrir, pratiquer, vous perfectionner ou vous mesurez dans la pratique de ce sport de raquette intensif qui ne...
samedi, 13. mars 2021
08:45 - Randonnée des Ume à Ogose le 13 mars
Profitons d’une randonnée à Ogose pour la saison des Umes. Nous irons au sommet du Mont Otakatoriyama et passerons par le festival d’Ogose avant de nous détendre au Onsen.
10:00 - Le Running (Course à pied) le 13 mars
Vous souhaitez faire du sport dans un cadre convivial, vous remettre en forme, découvrir des sites et parc emblématiques de Tokyo, participer à des événements sportifs (courses, tr...
15:00 - Tarot de Yokohama le 13 mars
De 15 à 20 heures: Après midi jeux de cartes avec diner, une journée décontractée sous le signe du jeu et de la bonne humeur. Tarif cotisant : 2,500 yens dîner et boissons inclus. ...
dimanche, 14. mars 2021
10:00 - Hanami au parc Shinjuku Gyoen le 14 ou 21 mars
La floraison des cerisiers est bientôt là, allons l’accueillir en fêtant Hanami avec l’AFJ au parc de Shinjuku. A partir de 10h, nous nous promènerons dans le parc dans une ambian...

l'AFJ, les activités pour les francophones au Japon

Comité Consulaire Pour l'Emploi et la Formation Professionnelle

Le ministère des Affaires étrangères et européennes propose, à l'étranger, une aide aux Français à la recherche d'un emploi par le biais des comités consulaires pour l'emploi et la formation professionnelle (CCPEFP).

Le CCPEFP pour le Japon, présidé par le Consul de France a compétence sur l’ensemble du Japon et a pour vocation d’informer les Français du Japon sur les diverses questions relatives à l’emploi, et dans la mesure de ses moyens, de conseiller et orienter les Français à la recherche d’un emploi.

Il ne s’agit pas d’offrir des services analogues à ceux rendus par les ANPE ou les agences de recrutement mais d’apporter aux Français à la recherche d’un emploi, un accueil et des conseils appropriés aux spécificités du Japon.

Avertissement

Soyons clairs: Autant le Japon est l'un des pays les plus accueillant au monde pour les visiteurs étrangers temporaires ou pour les employés détachés de sociétés étrangères, autant est-il l’un des pays les plus difficiles au monde pour les chercheurs d’emploi en local, dans des entreprises japonaises : Le travailleur immigré n’est pas un concept assimilé dans l’archipel et les employeurs japonais restent toujours très réticents à employer du personnel étranger, même avec un visa de travail en règle ou une haute qualification. Ceci pour des raisons linguistiques, sociales, culturelles ou tout simplement de bon sens local, qu'il n'est pas le propos de cette page d'expliquer.

Ceci est valable ....

  • même pour celui ou celle qui possède des diplômes de haut niveaux ou des expériences professionnelles riches ou même une bonne maîtrise de la langue Japonaise,
     
  • même pour les chercheurs d’emplois venant des pays dévéloppés comme la France, qui avec une simple promesse d'embauche pourraient pourtant recevoir un visa de travail sans problême. 

Il est donc déconseillé de venir au Japon dans l'espoir d'y trouver un travail sur place, sans une réelle maîtrise de la langue japonaise doublée d'une solide experience professionelle préliminaire et sans avoir les moyens financiers d'attendre sur place pendant de longs mois avant de trouver un emploi. Venir au Japon sans ces qualififications ou sans un emploi ou financement garantis, conduit souvent soit à un retour précipité soit à devoir accepter des emplois très précaires et sous remunérés (Arubaito).

Même pour ceux venant au Japon dans l'intention de se contenter de travail peu rémunérés comme serveur en restaurant français ou enseignant non titulaire de langue française, il est difficile de trouver du travail sur place, car les chercheurs francophones de ce type d'emplois et résidant au Japon sont déjà plus nombreux que l'offre.

C'est notamment le cas des jeunes qui ont pris un visa «Vacances Travail» sans s' être assuré d'un engagement préléminaire. Avec ce type de visa, il est quasi impossible de trouver un travail au Japon, non pas pour des raisons légales (ce visa donne effectivement le droit de travailler) mais pour des raisons simplement pratiques. Nombre doivent rentrer précipitamment car les 2500 euro minimum nécessaires à la délivrance du visa ne permettent pas de vivre plus de deux ou trois mois, même en se privant de tout, ce qui n'est normalement pas l'objet des «Vacances». Ce visa est surtout fait pour ceux qui veulent dépenser leur argent au Japon en prennant des vacances, un travail rémunéré n'étant qu'un appoint supplémentaire éventuel.

Témoignages

Frédéric, Ingénieur BAC+5, plus de 10 ans d'expérience professionelle, épouse japonaise qui a du être rapatrié en Janvier 2009:
"Je voudrais signaler à tous chercheur d'emploi considérant le Japon comme terre d'expatriation qu'il est impératif d'avoir une assise financière avant de partir. Je conseille en particulier à tous les futurs expatriés de trouver un travail avant de partir et de bien se renseigner concernant la différence énorme de culture de l'emploi entre nos deux pays. Le Japon offre une diversités de choses surprenantes et y vivre est très plaisant mais l'aspect financier et notamment l'emploi est la première chose à penser. Ayant commis l'erreur de venir sans contrat d'embauche, j'ai depensé toute mes économies sans pouvoir trouver d'emploi sur place. Je suis infiniment reconnaissant à l'AFJ de m'avoir aidé à rentrer en France"

Michael, sans travail 5 mois après être arrivé au Japon dans le cadre d'un visa vacances travail en décembre 2008:
"Je suis venu à Tokyo avec un visa working-holiday mais les écoles avec lesquelles j'étais en contact ne recrutent pas en ce moment. Aujourd'hui toujours sans travail, je suis contraint à un retour anticipé en France. Je remercie l'AFJ pour son aide."

Julien, devant repartir aussi rapidement qu'il est venu en Janvier 2010
"Je suis venu à Tokyo suite à une promesse orale d'embauche, qui une fois sur place, s'est revelée bidon. Ayant depensé tout mon argent, je me suis vite retrouvé à la rue, sans même avoir de quoi payer les frais de changement de dates de mon billet retour. Je remercie l'AFJ de m'avoir aidé à finalement rentrer. Pour tous les jeunes qui rêvent comme moi de découvrir le Japon en vacances-travail, attention, c'est un piège! Il est quasi impossible de trouver du travail sur place. Ne venez pas sans un vrai contrat d'embauche solide ou suffisament d'argent en poche (au moins 2000 Euro par mois)!

Offres et Recherche d'Emploi

OFFRES                                                     RECHERCHE D'EMPLOI